Monthly Archives: janvier 2016

Terasse en bois à paris

travaux parisL’utilité d’une terrasse en bois

Véritable lieu de vie, la terrasse est définitivement associée à la détente et à un art de vivre de plus en plus recherchés. C’est un véritable reposoir  où il fait bon passer du temps. A ce titre , un acteur très celèbre affirmait :

  « La terrasse, ça fait vacances, alors que le comptoir, ça fait boulot. » Jean-Marie Gourio

Le bois , matériau sain par excellence, répond à ces aspirations en offrant une transition idéale entre l’intérieur et l’extérieur. Quand la construction d’une terrasse en béton nécessite de lourds moyens (terrassement important et coulage d’une dalle), le bois, léger et souple, convient à toutes les topographies. Traditionnelle, contemporaine ou ludique (plusieurs niveaux), la terrasse en bois n’a qu’une requête : une mise en œuvre impeccable.

Vous pouvez l’installer où bon vous semble

L’adaptation, cela pourrait être l’une des principales qualités de la terrasse en bois. Lorsque le sol est plan, un simple lit de graviers ou de sable suffit à l’accueillir. La pose d’un feutre géotextile imputrescible évitera la repousse des mauvaises herbes et un espace de ventilation empêchera les retenues d’humidité. Dans le cas d’un terrain accidenté ou pentu, des plots en plastique réglables en hauteur serviront à créer une surface plane, en comblant les irrégularités. Il existe également aujourd’hui des vis de fondation. D’un diamètre de 8 cm et d’une longueur de 70 cm à 2 m, elles compactent et compriment le terrain pour le rendre plus stable. Les pilotis permettront de créer différents niveaux.

Quel bois est généralement utilisé?

Le bois est un matériau vivant. Il se dilate, se rétracte et se fend au fil des ans. Un bois de classe IV, exotique ou naturellement durable comme par exemple le châtaignier ou le robinier, est indispensable pour que la terrasse résiste aux différentes agressions inhérentes à sa situation (ultraviolets, vent, pluie…). Les essences européennes non durables naturellement devront subir un traitement à haute température ou par autoclave.

Les lames ou caillebotis

Généralement longues de 2,20 m, lisses ou rainurées, les lames ont la faculté de s’adapter à tous les types de sols, dur tels les carrelages et bétons .Elle s’adapte également aux meubles que ce soit sur pilotis ,vis de fondation ou stable (gravier, terre battue, surface étanchéifiée pour un toit-terrasse).
La structure, des lambourdes et des plots en plastique réglables, accueillera les lames. Celles-ci seront fixées de manière apparente (clous, vis) ou non (clips). L’humidité étant l’ennemi du bois , deux conditions sont indispensables à la bonne mise en œuvre des lames. D’une part, il faut s’assurer de la bonne ventilation dessous, pour cela un écart évitera les remontées d’humidité D’autre part, il faut conserver un espace d’au moins 4 mm entre (les lames pour permettre à l’eau de s’écouler correctement. Cela s’avère donc très délicat.Il ne s’agit pas de planchéier a tout va. Ce type de travaux nécessite la mise à contribution de véritables experts . Si vous êtes à Paris , je vous invite à contacter des entreprises comme http://www.sytadin.fr/  , http://www.evous.fr/ , http://www.travaux-paris.com/ et http://travaux-renovation-paris.com qui réalisent des travaux à Paris
Par ailleurs, il est important de savoir que les caillebotis sont des dalles carrées composées de petites planches préassemblées à emboîter par juxtaposition ou par emboîtement. Ils sont très faciles à mettre en œuvre sur une terrasse déjà existante ou sur un sol plan : un lit de sable est suffisant. Le quadrillage permet de jouer en réalisant des motifs géométriques variés. Rainurés, ils sont souvent antidérapants.

Comment réaliser les fixations.

Lors de ce type de travaux , il existe à ce jour du  23 Janvier 2016  deux méthodes pour fixer les lames de terrasse, chaque lame est fixée à la structure via les lambourdes. C’est la Condition sine qua non : utiliser des vis en inox qui ne craindront pas l’humidité. Chaque point d’appui de la lame sur les lambourdes doit faire l’objet d’une fixation. La longueur des vis doit être au minimum 2,5 fois supérieure à l’épaisseur de la lame. Réaliser des pré trous est vivement conseillé pour éviter que le bois ne se fende. Les clips sont également très couramment utilisés. On trouve sur le marché plusieurs types, mais le fonctionnement reste globalement le même. La fixation est réalisée par ancrage en sous-face de lame ou par bridage latéral sur les chants de la lame, les deux techniques peuvent être combinées. Dans tous les cas, le système de fixation doit être conçu pour parer les jeux de retrait et de gonflement dus aux variations climatiques.