Daily Archives: 18 juillet 2019

L’ex-président ivoirien Gbagbo libéré en Belgique

Afriksoir-net-Coted-d-Ivoire

Laurent Gbagbo a fait face à des accusations découlant d’une vague de violence après les élections contestées en Côte d’Ivoire en 2010.

L’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo a été libéré sous caution en Belgique à la suite de son acquittement par la Cour pénale internationale de La Haye pour crimes contre l’humanité, a déclaré mardi la Cour.

La Belgique a déclaré samedi qu’elle avait accepté en principe d’accueillir Gbagbo dans l’attente d’un éventuel appel contre son acquittement, mais que des dispositions finales doivent être prises.

L’ancien homme fort de 73 ans et son assistant Charles Blé Goudé vivent dans un lieu tenu secret depuis vendredi, date à laquelle le tribunal de La Haye les a libérés de leur détention.

« M. Gbagbo est maintenant libéré sous certaines conditions en Belgique », a déclaré une porte-parole de la CPI, sans donner plus de détails.

Les juges de la CPI ont acquitté Gbagbo et Blé Goudé le 15 janvier pour des chefs d’accusation découlant d’une vague de violence après les élections contestées qui ont eu lieu dans ce pays d’Afrique de l’Ouest en 2010.

Environ 3 000 personnes ont été tuées dans ces violences. Gbagbo a passé sept ans derrière les barreaux et est jugé depuis 2016.

Pour plus d’informations, visitez ce site : https://www.afriksoir.net/

Le retard dans la libération de Gbagbo s’explique par le fait que les procureurs ont déclaré qu’il devait être maintenu en détention en attendant un éventuel appel contre son acquittement, faisant valoir qu’il ne reviendrait pas devant le tribunal s’il y avait un nouveau procès.

Les conditions de libération prévoient notamment que la Belgique garantira que Gbagbo retournera devant la CPI si nécessaire.

Il doit également remettre ses documents de voyage, se présenter chaque semaine aux autorités, éviter de contacter des témoins en Côte d’Ivoire et s’abstenir de faire des déclarations publiques sur l’affaire, selon les documents du tribunal vendredi.

Le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, a déclaré samedi qu’il y avait eu  » une demande du tribunal d’accueillir M. Gbagbo simplement parce qu’il a de la famille en Belgique : sa deuxième femme, une enfant à Bruxelles « .

« Nous avons conclu qu’il pouvait rester en Belgique pendant sa libération conditionnelle », a-t-il ajouté : « Il y aura une surveillance. »

En savoir plus : https://surgeneve.wordpress.com/2019/07/12/rapport-economique-de-la-cote-divoire-aux-portes-du-paradis/