Archives de catégorie : Electricien Paris

Protection contre la foudre

Protection contre la foudre

En cas de foudre, des dispositifs de protection contre les surtensions permettent aux tours de téléphonie mobile de rester en ligne

La numérisation de tous les aspects de notre vie met en lumière l’infrastructure qui rend tout cela possible. Les activités professionnelles, sociales et personnelles sont influencées par notre connectivité et la facilité avec laquelle nous partageons des données, en particulier sur les téléphones portables. Même si de nouvelles technologies apparaissent pour répondre à la couverture limitée, aux vitesses plus rapides et au besoin de plus de capacité, comme la technologie D2D (device device), les tours de téléphonie cellulaire restent la base du service sans fil et ne sont pas près de devenir obsolètes.

L’infrastructure des tours de téléphonie cellulaire se chiffre en millions de dollars et est nécessaire pour fournir des fonctionnalités à haute performance afin que les fournisseurs puissent obtenir un retour sur investissement. Les attentes des clients en matière de connectivité fiable et supérieure à bas prix, combinées à la pression des fournisseurs concurrents, et à tout dommage causé par les surtensions, réduisent les profits potentiels.

De toutes les sources de pics et de surtensions dommageables, la fureur de la nature sous forme de coups de foudre est potentiellement la plus destructrice. Les temps d’arrêt qui en résultent ont des effets en cascade, notamment des coûts de remplacement des équipements et des clients mécontents qui sont sur le point de passer à d’autres réseaux.

Une entreprise est spécialisée dans la fabrication et la conception de composants que l’on trouve dans les dispositifs de protection contre les surtensions pour les infrastructures de télécommunications. Protégeant contre les pics de courant d’impulsion jusqu’à 2 000 A, notre série de diodes TVS MAX-40 se défend contre les types de surtensions induites par la foudre. Nous fournissons également des produits personnalisables pour répondre aux besoins en constante évolution des opérateurs de téléphonie mobile et des fournisseurs d’équipements désireux de fournir la prochaine génération de connectivité. Restez protégé grâce à notre gamme de produits de qualité supérieure.

Comment la foudre affecte les pylônes cellulaires

Il y a plus de 200 000 tours de téléphonie cellulaire à travers l’Amérique, et les foudroiements sont en grande partie un phénomène indésirable mais inévitable pour les opérateurs de téléphonie cellulaire. Ces tours ont une hauteur de 50 à 200 pieds. D’autres, qui peuvent atteindre 2 000 pieds, sont souvent isolées, ce qui les rend très susceptibles d’être frappées par la foudre. De plus, les conditions atmosphériques telles que l’humidité et la chaleur élevées contribuent à la prévalence des coups de foudre dans les régions du sud-est en été.

Un coup direct peut libérer jusqu’à 100 000 volts (peut-être même plus parfois), ce qui suffit à décimer les équipements non protégés. Savoir exactement quand et où la foudre peut frapper n’est pas une science stricte, même après des recherches infatigables. En outre, les effets indirects/secondaires de la foudre peuvent générer des surtensions tout aussi dévastatrices, et il n’est pas nécessaire que l’événement soit proche pour que les effets se fassent sentir. Par conséquent, les surtensions provoquées par la foudre sont très fréquentes.

Les niveaux élevés d’interconnectivité dans les infrastructures de télécommunications actuelles créent également un environnement idéal pour la propagation des transitoires induits. Les câbles mis à la terre peuvent conduire les pics de tension à la suite d’un événement de foudre, les grandes boucles d’induction résultant de l’interaction entre les lignes électriques et les lignes de données captent les pics de tension à proximité, le câblage électrique aérien à la merci des éléments météorologiques permet aux pics de parcourir de grandes distances vers divers systèmes de distribution, et les câbles allant des antennes de la tour à la station de base (entre autres) servent également de conduits pour les pics.

Comme l’infrastructure repose largement sur l’utilisation d’instruments électroniques sensibles et d’ordinateurs complexes, sans protection adéquate, les surtensions transitoires induites détruiront les circuits des équipements connectés aux lignes touchées. C’est pourquoi des dispositifs de protection contre les surtensions doivent être installés pour éviter les coûts associés aux réparations, aux remplacements et aux temps d’arrêt.

Que sont les dispositifs de protection contre les surtensions, ou SPD ?

Le but des solutions de protection d’une tour de téléphonie cellulaire est d’empêcher l’énergie destructrice d’endommager ses équipements sensibles. Les dispositifs de protection contre les surtensions, tels que décrits dans cet article, ne constituent pas une défense contre les coups de foudre directs. Au contraire, les SPD protègent contre les effets induits de la foudre.

Bien sûr, la première mesure critique pour la protection contre la foudre est de capturer et de canaliser le courant de la foudre vers la terre, dans un chemin qui évite les équipements sensibles. Les paratonnerres fixés au point le plus élevé de la structure de la tour cellulaire sont essentiels pour garantir que la plus grande partie de la perturbation énergétique est détournée.

D’autre part, les parafoudres sont installés sur les tableaux de distribution d’énergie, les lignes de signaux/données, les systèmes de contrôle contenant des équipements sensibles comme les microprocesseurs, et tout autre équipement coûteux essentiel au fonctionnement.

En choisissant les composants qui composent les dispositifs de protection contre les surtensions dans l’état actuel de la technologie, les concepteurs doivent tenir compte de caractéristiques telles que la vitesse de réponse et la capacité de traitement du courant. En outre, le dispositif ne doit pas interférer avec le fonctionnement normal du système protégé.

Certaines composantes des candidats sont fortes dans un de ces paramètres mais déficientes dans un autre. Par conséquent, pour une protection efficace, les SPD comportent généralement une combinaison de composants, sous la forme d’un circuit hybride.

Composants des dispositifs de protection contre les surtensions

Les transitoires de tension induits par la foudre peuvent passer de zéro à plusieurs volts en quelques microsecondes seulement. Malheureusement, les fusibles et les disjoncteurs ne peuvent tout simplement pas réagir assez vite. Les composants populaires et efficaces utilisés dans les SPD pour supprimer les transitoires induits sont généralement l’un des suivants :

Tubes à décharge de gaz (GDT) : Un mélange de gaz est piégé dans une enceinte de verre scellée avec deux électrodes. En présence d’une pointe de tension élevée, les électrodes s’ionisent et commencent à conduire le courant électrique.

Les GDT sont relativement lents à réagir, mais peuvent supporter des surtensions plus importantes pour leur taille que d’autres composants. Leur démarrage lent signifie toutefois que le circuit qu’ils protègent subira des tensions élevées avant que les GTD ne viennent à la rescousse. Un inconvénient supplémentaire est leur durée de vie limitée. Ils sont donc adaptés pour traiter de nombreux petits transitoires ou quelques grands.

 

Électricien Paris

Consultez aussi : https://www.electricien-paris-express.com, https://www.electricien-paris.fr, https://www.starofservice.com, https://www.belmard-batiment.fr, https://www.pagesjaunes.fr

Installations électriques dans le jardin

Câble souterrain

Les installations électriques installées dans un jardin, y compris les luminaires et leurs câbles associés, doivent être sécurisées, réparées et protégées contre les dommages accidentels et les attaques de rongeurs. Les câbles en façade doivent être fixé à des structures permanentes uniquement et doivent être soutenus à une hauteur du sol pour éviter tout contact accidentel avec les chaussures et les outils de jardin.

Tous les équipements, y compris les luminaires, doivent être conçus pour être utilisés à l’extérieur et être installés conformément aux instructions du fabricant. L’utilisation d’équipements de classe II est favorable à la sécurité électrique et est encouragée.

Il n’y a pas de sections spécifiques pour les installations dans les jardins. Cependant, les exigences particulières de la section s’appliquent aux locaux agricoles et horticoles et doivent être utilisées à titre indicatif. Le risque d’un choc électrique mortel est accru lorsque les personnes ont un bon contact électrique avec la terre.

Pour réduire les risques liés à l’utilisation de prises de courant, les prises de courant doivent disposer d’une protection supplémentaire sous la forme d’un disjoncteur différentiel de 30 mA avec un courant résiduel de fonctionnement nominal (I∆n) ne dépassant pas 30 mA et une durée de fonctionnement ne dépassant pas 40 ms pour un courant résiduel de 5 I∆n en cas de défaillance de la protection de base et/ou de la protection contre les défauts ou de négligence de la part des utilisateurs.

Câbles enterrés

Lorsqu’il est décidé que des câbles seront enterrés dans le sol, les câbles doivent être acheminés de manière à ne pas être endommagés par une quelconque perturbation prévisible et doivent être enterrés à une profondeur de sufficient (normalement considérée comme n’étant pas inférieure à 600 mm).

Tous les câbles enterrés doivent être marqués par des couvre-câbles ou du ruban de marquage.

Les câbles enterrés non blindés doivent être installés dans un conduit ou une gaine appropriée pour assurer une protection contre les chocs. Les câbles blindés et les câbles ayant une gaine métallique mise à la terre et pouvant être utilisée comme conducteur de protection peuvent être enterrés directement dans le sol sans autre protection, sauf contre la corrosion, qui peut être annulée par la mise en place d’un revêtement en plastique.

Câbles fixés en surface

Les câbles de surface fixed peuvent être fixed à des structures permanentes. Les clôtures en bois ne sont pas considérées comme appropriées pour supporter des câbles, pour les raisons suivantes

les produits de préservation du bois peuvent attaquer la gaine du câble
il est peu probable que les clôtures en bois
la durée de vie des clôtures en bois est susceptible d’être inférieure à celle du câble
les dommages subis par la clôture en raison des vents violents (peuvent présenter un risque de choc électrique)

Prises de courant

Les câbles de surface fixés ne doivent pas être exposés à une lumière solaire prolongée, sauf s’ils sont d’un type approprié. Les gaines des câbles en thermoplastique noir (PVC) contiennent du noir de carbone qui résiste aux effets de la lumière du soleil.

Les gaines de câble blanches ou grises sont susceptibles de se détériorer en cas d’exposition prolongée au soleil et doivent toujours être blindées. À condition qu’elles soient conçues pour une utilisation en extérieur, les prises de courant 13 A conformes à la norme peuvent être installées dans un jardin comme moyen pratique de brancher des luminaires et d’autres équipements. Les prises de courant de type A installées dans un jardin doivent soit intégrer un RCD de 30 mA, soit être alimentées par un circuit doté d’une protection supplémentaire par un RCD de 30 mA.

Alors que pour les installations domestiques, seules les prises à obturateur doivent être utilisées, les prises industrielles, y compris les fiches, les connecteurs et les prises d’appareils conformes à la norme peuvent être utilisées dans des endroits situés en dehors du logement, le cas échéant.

Les prises de courant ne doivent pas être installées dans une position où elles pourraient être endommagées par une tondeuse à gazon, un taille-haie ou d’autres outils de jardin.

Les équipements peuvent devoir être placés de manière à ne pas être directement exposés aux effets des intempéries, ou être placés dans une enceinte suffisamment étanche.

Étangs

Seuls les équipements spéciaux et les câbles submersibles conçus pour être utilisés dans les étangs doivent être utilisés. Le risque d’endommager l’équipement et les câbles sera réduit au minimum par un positionnement et un acheminement soignés des câbles. Les câbles peuvent nécessiter une protection supplémentaire contre les dommages accidentels et les attaques de rongeurs.

Tous les équipements situés à proximité d’un étang doivent être protégés contre la pénétration de l’eau et résister à la corrosion. Les pompes de bassin doivent être conformes à la norme1. L’éclairage des étangs doit être conforme à la norme. Les autres équipements des bassins doivent être conformes à la norme.

Les installations électriques associées aux grands étangs, qui pourraient être utilisés pour la baignade, devraient être conformes aux exigences supplémentaires pour les piscines.

Cet aperçu contient des informations sur les lignes de transmission électrique qui sont installées sous terre, plutôt que sur des poteaux ou des tours. Les câbles souterrains ont des exigences techniques différentes de celles des lignes aériennes et ont des impacts environnementaux différents. En raison de leurs besoins physiques, environnementaux et de construction différents, le transport souterrain coûte généralement plus cher et peut être plus compliqué à construire que les lignes aériennes. Les questions abordées dans cette brochure sont les suivantes Types de câbles de transmission électrique souterrains Considérations relatives à la construction et à l’exploitation Coûts des réparations La conception et la construction des lignes de transmission souterraines diffèrent de celles des lignes aériennes en raison de deux défis techniques importants qui doivent être surmontés. Ces défis sont les suivants 1) fournir une isolation suffisante pour que les câbles puissent être à quelques centimètres de la terre ; et 2) dissiper la chaleur produite pendant l’exploitation des câbles électriques. Les lignes aériennes sont séparées les unes des autres et entourées d’air. L’air qui circule entre et autour des conducteurs refroidit les fils et dissipe la chaleur de manière très efficace. L’air fournit également une isolation qui peut être récupérée en cas d’embrasement. En revanche, un certain nombre de systèmes, de matériaux et de méthodes de construction différents ont été utilisés au cours du siècle dernier afin d’obtenir l’isolation et la dissipation de chaleur nécessaires à la mise en souterrain des lignes de transmission. La première ligne de transmission souterraine était une ligne de 132 kV construite en 1927. Le câble était rempli de fluide et isolé par du papier. Le fluide était nécessaire pour dissiper la chaleur. Pendant des décennies, des problèmes de fiabilité ont continué à être associés à la construction de câbles plus longs à des tensions plus élevées. Le problème le plus important était les difficultés de maintenance. Ce n’est qu’au milieu des années 60 que la technologie a suffisamment progressé pour qu’une ligne haute tension de 345 kV puisse être construite sous terre. Mais les lignes étaient encore remplies de fluide. Cela a entraîné d’importants problèmes de maintenance, de contamination et d’infrastructure. Dans les années 1990, la première ligne de transmission par câble solide a été construite sur plus d’un kilomètre de long et à une tension supérieure à 230 kV.

 

Lire aussi cet article : https://infosdefrance.wordpress.com/2020/06/12/conseils-de-securite-en-cas-de-panne-de-courant/

 

Sites de référence à consulter :

https://tordjmanelectricite.fr/

https://www.tristan-bat.fr/

https://www.addisson-electricite.com/

www.electricien-paris.fr

Cartes de circuits imprimés intégrés multicouches étirables

Circuit imprimé

Cartes de circuits imprimés intégrés multicouches étirables ouvrant la voie à une matrice active déformable

Les systèmes électroniques rigides conventionnels utilisent un certain nombre de couches de métallisation pour acheminer toutes les connexions nécessaires vers et depuis des dispositifs isolés montés en surface, en utilisant une technologie de circuit imprimé bien établie. En revanche, les solutions actuelles pour préparer les systèmes électroniques extensibles se limitent généralement à une seule couche de métallisation extensible. Les croisements et les accès verticaux aux interconnexions restent difficiles ; par conséquent, aucune méthode fiable de carte de circuit imprimé extensible (SPCB) n’a été établie. Cet article présente une méthode de fabrication de SPCB compatible avec l’industrie qui permet des croisements multicouches et des accès d’interconnexion verticaux pour interconnecter des dispositifs isolés dans une matrice élastomère. En guise de démonstration, une matrice active étirable (260%) avec des dispositifs électroniques et optoélectroniques intégrés montés en surface est présentée, qui peut se déformer de manière réversible en diverses formes 3D, y compris hémisphérique, conique ou pyramidale.

Une augmentation spectaculaire des activités de recherche a été perçue au cours de la dernière décennie pour permettre la mise au point de dispositifs électroniques fonctionnels mécaniquement extensibles et déformables. En conséquence, un grand nombre de dispositifs extensibles ont été réalisés, démontrant un large éventail d’applications diverses qui comprennent la robotique douce, les actionneurs , les caméras électroniques à œil , l’électronique épidermique, l’électronique portable, l’électronique métamorphique, l’électronique alimentaire , l’acoustoélectronique, les dispositifs de surveillance de la santé, les textiles intelligents pour ne citer que quelques exemples. La plupart de ces démonstrateurs utilisent souvent des technologies hautement spécialisées et des matériaux non conventionnels qui rendent ces technologies plus intéressantes pour la recherche, mais moins favorables à la production industrielle de masse. Jusqu’à aujourd’hui, il n’existe pas de méthodes de fabrication fiables pouvant être généralisées sous la forme de la technologie des cartes de circuits imprimés extensibles (SPCB).

Les cartes de circuits imprimés rigides (PCB) conventionnelles sont généralement constituées de plusieurs couches de métallisation pour acheminer les pistes métalliques afin d’interconnecter les dispositifs de montage en surface (CMS) à l’aide de méthodes de fabrication bien établies, ce qui est l’une des principales raisons du succès primordial de cette technologie. D’autre part, l’électronique extensible reste généralement limitée à une seule couche active avec une intégration moins complexe des dispositifs, ce qui est principalement dû au manque de méthodes de fabrication fiables. Bien qu’il existe quelques prototypes de laboratoire de dispositifs extensibles démontrant des systèmes électroniques multicouches avec différentes fonctionnalités, les matériaux et les méthodes utilisés pour réaliser ces dispositifs sont non conventionnels et rarement adaptés à la production industrielle. Ce manque de technologie et de matériaux limite la complexité des dispositifs électroniques extensibles démontrés. Par exemple, même la matrice active fonctionnelle la plus simple nécessite au moins deux couches de métallisation.

En outre, des accès d’interconnexion verticale (AIV) sont nécessaires pour assurer l’interconnexion entre les différentes couches actives des cartes de circuits imprimés, ce qui n’est pas bien établi dans le processus de fabrication des dispositifs électroniques extensibles. Bien que quelques approches aient été signalées pour réaliser des IVA dans des substrats extensibles en utilisant des alliages liquides ou des matériaux en phase solide, là encore, les méthodes et les matériaux sont incompatibles avec le traitement conventionnel. Ainsi, un traitement compatible avec l’industrie des pistes métalliques multicouches et des IVA fiables, qui sont deux éléments importants pour réaliser une technologie SPCB, reste un défi majeur.

Récemment, nous avons fait la démonstration d’une méthode SPCB monocouche qui a permis une fabrication « sur support dur » en utilisant des techniques conventionnelles de microfabrication planaire qui retardent l’utilisation du substrat élastomère jusqu’à la fin. La méthode présentée a permis un traitement à haute température, un alignement et un enregistrement élevés, et a permis les méthodes conventionnelles d’assemblage de puces sur un support rigide. Toutefois, les méthodes précédemment démontrées n’utilisaient qu’une seule couche active sans routage complexe des pistes métalliques, ce qui limitait la complexité du circuit et du dispositif. Dans cet article, nous avons mis au point une méthode similaire pour réaliser des SPCB multicouches intégrées et démontrer une autre évolution vers la réalisation d’électronique extensible avec des capacités de densité d’intégration plus élevées en introduisant des IVA stables par l’interconnexion entre différentes couches de métallisation. La méthode utilisée dans cet article est compatible avec les procédés de microfabrication conventionnels et utilise des CMS vierges disponibles dans le commerce.

Nous présentons ici une méthode SPCB qui remplace le substrat isolant rigide du PCB conventionnel par un élastomère de silicone hautement étirable (EcoFlex). La méthode de fabrication démontrée pour réaliser le SPCB peut être divisée en deux étapes. La première étape utilise une méthode de fabrication à support dur qui est entièrement compatible avec les techniques de microfabrication planaire conventionnelles, la seconde étape introduit un substrat élastomère et aucune fabrication active n’est nécessaire pendant cette dernière. Cette méthode présente plusieurs avantages par rapport à d’autres méthodes éprouvées dans le domaine de l’électronique extensible puisqu’elle retarde l’introduction du substrat en caoutchouc, ce qui permet un traitement à haute température, une plus grande précision de repérage et d’alignement, et permet d’utiliser la robotique conventionnelle ou l’auto-assemblage avancé de matrices CMS. En outre, la méthode permet de tester la fonctionnalité du dispositif sur un support dur, ce qui est bénéfique puisqu’elle permet d’identifier les modes de défaillance du circuit et de la couche du dispositif avant et après avoir détaché, plié ou étiré la structure. En outre, comme la technologie classique des circuits imprimés, cette méthode permet d’utiliser directement les puces CMS. Pour réaliser des IVA dans le SPCB, on utilise ici une méthode similaire à la technologie conventionnelle des PCB. Une conception intégrée de SPCB multicouches hautement étirable (allongée jusqu’à 260% de la longueur d’origine) est discutée. Pour démontrer l’applicabilité, une matrice active LED entièrement adressable a été réalisée. L’écran LED intégré peut être déformé en diverses formes géométriques tridimensionnelles (3D) pour morpher l’hémisphère, le cône et la pyramide.

Résultats
Sur la fabrication des supports durs

Il est montré la conception et la première partie de la méthode de fabrication des SPCB multicouches sur un support dur. À titre d’exemple, un segment d’affichage LED à matrice active est réalisé. Comme mentionné, un réseau de LED à matrice active nécessite au moins deux couches de métallisation, des IVA, et l’intégration de transistors et de LED dans un type de réseau. Du point de vue des matériaux et du traitement, plusieurs éléments sont importants pour y parvenir. Il est présenté schématiquement les éléments de la première étape du processus de fabrication des SPCB sur support dur. La méthode représentée utilise une plaquette rigide de Si (500 µm d’épaisseur, MicroChemicals, Ulm, Allemagne) comme substrat porteur et les traitements ultérieurs sont effectués sur ce substrat rigide. Les détails du traitement sont ajoutés dans les méthodes et les méthodes supplémentaires.

 

Voir aussi ces articles : https://passionparis.wordpress.com/2020/06/10/pourquoi-ma-boite-a-fusibles-continue-t-elle-de-se-declencher

https://parisien2016.tumblr.com/post/620553703421886464/circuits-toujours-en-surcharges

Apprendre à bricoler en électricité

Bricolage en électricité

L’électronique peut être un passe-temps enrichissant. Non seulement l’électricité est amusante, mais si vous apprenez suffisamment, vous pourrez peut-être réparer les gadgets cassés chez vous au lieu de les remplacer. Bien sûr, pour en arriver là, il faut beaucoup de pratique.

Il existe de nombreuses façons d’apprendre l’électronique, mais la plupart des gens ne veulent pas acheter une planche à pain, quelques DEL, des condensateurs et du fil et se contenter de voir ce qui se passe. Ces kits vous donnent un objectif à atteindre et vous aident à apprendre l’électronique dans un cadre pratique. Ils sont tous relativement bon marché, ce qui signifie que vous pouvez en acheter plusieurs.

1. DEYUE 398 Arduino Electronic Starter Fun Kit Bundle

Avant, le mieux que l’on puisse attendre d’un kit électronique était d’allumer quelques LED. D’accord, oui, au petit matin, c’est toujours ce que vous allez faire, mais au moins dans ce cas, vous utiliserez un minuscule ordinateur de bord pour le faire.

Bien qu’il porte le nom d’Arduino, vous pouvez utiliser la plupart des composants de ce kit avec un Arduino ou un Raspberry Pi. Vous obtenez une carte de connexion pour les composants ainsi qu’un assortiment de LED, de condensateurs, de résistances, de potentiomètres et même un clavier à membrane avec des touches numériques pour la saisie.

2. Kit de l’inventeur SparkFun v4.1

Le kit le plus cher de cette liste, à 99,95 euros, le SparkFun Inventor’s Kit comprend tout ce dont vous avez besoin. Alors que d’autres kits vous permettent de fournir la carte informatique, celui-ci comprend une RedBoard Quiic compatible Arduino que vous pouvez programmer à l’aide de l’EDI Arduino.

Non seulement ce kit est fourni avec beaucoup de matériel, mais il comprend également un guide d’expérimentation. Cela vous permet de commencer tout de suite sans avoir à parcourir l’internet à la recherche d’informations sur la façon de faire quelque chose avec votre kit.

3. Kit d’apprentissage SunFounder Super Starter V3.0

Si vous avez un Pi à la framboise et que vous cherchez à vous lancer dans des projets plus nuls avec lui, ce kit est peut-être parfait pour vous. Le kit comprend un tableau de projet, un écran à sept segments, un encodeur rotatif et plus encore, ainsi qu’un câble GPIO à 40 broches pour le connecter à votre Raspberry Pi.

En plus du matériel, 17 projets sont inclus pour vous permettre d’être opérationnel. Bien que vous soyez libre d’écrire votre propre code, le kit est livré avec du code C et Python prêt à l’emploi pour voir comment tout fonctionne avant que vous ne le déchiriez et commenciez à travailler sur vos propres projets, à la manière des scientifiques fous.

4. SparkFun Simon dit

Jusqu’à présent, les kits de cette liste se sont concentrés sur le breadboarding, qui est un moyen facile de construire et de comprendre les circuits. Mais si vous ouvrez votre réveil, vous ne trouverez pas de bateau à pain sympathique. C’est là que ce kit s’avère utile, car il permet d’apprendre les tenants et aboutissants du soudage de connecteurs à trous traversants.

Vous aurez besoin de votre propre fer à souder, de coupe-fils et de soudure, mais ce sont toutes des choses qui vous seront utiles plus tard dans vos autres projets électroniques. Selon SparkFun, même pour les débutants sans expérience de la soudure, l’assemblage du kit peut prendre environ une demi-heure et une heure.

5. Principes fondamentaux de l’électronique LAB #1 (40 en un seul kit)

Si vous cherchez à développer une véritable compréhension

de l’électronique, c’est peut-être le meilleur kit de cette liste pour vous. Bien qu’il comprenne des composants, le véritable cœur de ce kit est le manuel, qui comprend plus de 40 projets documentés, chacun d’entre eux vous aidant à apprendre un aspect différent de l’électronique.

Vous y apprendrez notamment comment mesurer la tension, comment les résistances fonctionnent en série et en parallèle et quelle est la loi d’Ohm. À l’aide du kit, vous pourrez construire une alarme anti-vol, un oscillateur de code morse, un orgue électronique et bien d’autres choses encore.

Rafraîchissement des circuits

Ils ont commencé avec quatre piles – sources d’énergie, charges simples, interrupteurs et charges complexes – et lorsque leur heure de bricolage s’est écoulée, nos élèves ont relié de manière experte de multiples éléments de circuit entre eux, dessiné des schémas de circuit et étudié comment faire fonctionner des éléments de circuit plus complexes comme des LED à 7 segments et des potentiomètres. Et ils étaient enthousiastes !

La persistance est une partie essentielle de ce que signifie pour les étudiants le fait de devenir des fabricants et les blocs de circuits sont des bâtisseurs de persistance. Tous les élèves se heurtent à des circuits dont ils ne savent pas trop quoi faire. Pour certains, il s’agit d’utiliser un interrupteur dans une nouvelle situation sans aucune orientation. Mais la plupart ont eu du mal à utiliser un potentiomètre – vous voyez que c’est la première fois qu’ils rencontrent un appareil électrique qui a trois connexions. Ils le parcourent donc par tâtonnements jusqu’à ce qu’ils le découvrent par eux-mêmes, puis, avec un peu de chance, commencent à comprendre comment utiliser ce nouvel appareil la prochaine fois qu’ils y seront confrontés.

Mais ils le font eux-mêmes – et c’est là que réside la magie. Ils apprennent à persévérer, à construire, et ils s’informent sur l’électricité et son fonctionnement. Nous devons tous construire notre propre compréhension et donner aux élèves la chance d’explorer les investit dans la compréhension de ces idées à un niveau plus profond que si on leur donnait simplement une tâche à accomplir.

Cette activité nous a été proposée grâce à une collaboration avec le studio de bricolage de l’Exploratorium, dans le cadre de leur vision visant à apporter dans les salles de classe des écoles les activités qu’ils utilisent sur le sol du musée. Grâce à ce partenariat, nous avons pu utiliser des cartes de circuits imprimés en 3e, 7e, 9e et 12e années – et apprendre beaucoup sur la façon dont les différents âges s’engagent et apprennent d’une activité pratique ouverte. Ils continueront d’apporter de nouvelles activités à Lighthouse dans les mois à venir – et nous sommes impatients de les partager avec vous !

 

Meilleur électricien Paris

Voir forum plombier : https://bricoleurpro.ouest-france.fr/articles-cat-2-questions-reponses-electricite.html

De l’éclairage dans la cuisine

Spot dans la cuisine

Remplacez une cuisine sombre par une cuisine lumineuse et accueillante grâce à ces idées lumineuses.

3 éléments clés pour la conception de l’éclairage de la cuisine

Q : Ma cuisine ne reçoit pas beaucoup de lumière naturelle.

Quelle conception de l’éclairage de la cuisine recommanderiez-vous ?

R : Une cuisine bien éclairée est un must étant donné les nombreuses utilisations de la pièce comme espace social et zone de transit, comme centre de préparation et de cuisson des aliments et comme espace d’exposition pour la décoration. Mais au-delà de l’amélioration de la visibilité globale de l’espace, un éclairage adéquat permet de ranger ou de récupérer plus rapidement et plus facilement les objets dans les armoires hautes ou basses, de couper et de découper en dés avec plus de sécurité et de précision, et peut même donner l’impression qu’une cuisine manque d’espace et est plus grande.

Alors que de nombreux propriétaires citent le manque de lumière naturelle comme responsable de la faible luminosité de leur cuisine, un éclairage artificiel du mauvais type ou au mauvais endroit peut aggraver le problème. Lorsque vous revoyez la conception de l’éclairage, il est judicieux de tout prendre en compte, de la fonction et de la fixation au type d’ampoules que vous utilisez. A l’avenir, il faudra trouver des solutions aux problèmes courants d’éclairage des cuisines afin de garantir un éclairage optimal pour tous vos besoins.

EN RELATION : 25 idées d’éclairage pour une belle cuisine

Basez la conception de l’éclairage de votre cuisine sur trois couches d’éclairage.

Idéalement, votre cuisine devrait être équipée de luminaires appartenant aux catégories suivantes :

L’éclairage ambiant est une lumière douce qui éclaire le sol et les murs afin que vous puissiez facilement entrer, sortir et vous déplacer dans la cuisine.
L’éclairage de travail est plus intense pour éclairer les comptoirs, les îlots, les éviers et les autres zones de travail afin d’accroître la précision lors de la préparation des aliments, de la cuisson et du nettoyage.
L’éclairage d’accentuation, qui se situe entre l’éclairage ambiant et l’éclairage direct, met en valeur les caractéristiques architecturales ou le décor de la cuisine, comme un plafond à caissons ou une collection de porcelaine fine.

Une approche en couches intégrant ces trois types d’éclairage permet d’obtenir le niveau d’éclairage approprié pour les différentes utilisations d’une cuisine. Elle permet également de réduire les ombres, qui résultent souvent de l’utilisation exclusive d’un éclairage par le haut, et l’éblouissement, qui peut provenir du seul recours à un éclairage de travail lumineux.

Achetez des luminaires adaptés à chaque couche.

Recherchez les meilleurs luminaires dans chacune des trois catégories d’éclairage :

Les appareils d’éclairage ambiant dans la cuisine comprennent les luminaires encastrés montés dans des ouvertures peu profondes du plafond, les appareils encastrés ou semi-encastrés qui se fixent au plafond avec un petit ou un grand espace entre l’appareil et le plafond, respectivement, et les lustres ou lanternes qui sont suspendus au plafond par une chaîne.
Les luminaires de travail comprennent les suspensions qui pendent au plafond et les bandes LED à ampoules multiples ou le ruban LED qui se monte ou se colle sur ou dans les armoires de cuisine, le garde-manger ou les tiroirs. L’éclairage sous les armoires est idéal pour éclairer les comptoirs
Les luminaires d’accentuation comprennent les lampes à corniche qui sont intégrées au plafond et les lampes à rondelle – des lampes rondes, à profil bas, qui se montent sur ou à l’intérieur des armoires.

Positionnement des luminaires selon leur fonction et leur type.

Les appareils d’éclairage ambiant doivent diriger la lumière de manière uniforme sur le sol de la cuisine, donc positionnez-les comme suit :

Lorsque vous installez un seul luminaire, lustre ou lanterne semi encastré ou encastré, placez-le directement au-dessus de l’îlot, ou au centre du plafond si vous n’avez pas d’îlot.
Lorsque vous installez des luminaires encastrés, laissez une distance entre les luminaires égale à la moitié de la hauteur du plafond (par exemple, des luminaires espacés de 5 pieds dans une cuisine avec un plafond de 10 pieds). Pour éviter de projeter des ombres sur les comptoirs, essayez de placer les lumières encastrées au-dessus des comptoirs de manière à ce qu’elles soient placées à quelques pouces en arrière du bord avant des comptoirs.

Les éclairages de travail doivent projeter la lumière vers le bas sur une surface de travail, donc positionnez-les comme suit :

Les lampes suspendues sont idéalement placées directement au-dessus des éviers, des postes de découpe autonomes, des tables à manger et autres centres d’activité. Mais vous devez également éviter de les placer directement au-dessus d’appareils dotés de leur propre éclairage intégré, tels que les cuisinières ou les réfrigérateurs. Pour minimiser l’éblouissement pendant que vous travaillez, montez le pendentif de manière à ce qu’il ne soit pas à moins de deux pieds et demi de la surface qu’il éclaire.
Des bandes ou du ruban LED doivent être placés sous les armoires supérieures pour éclairer les aliments et les boissons sur les comptoirs. Les placer dans les tiroirs, derrière les portes des armoires ou du garde-manger, ou sur la face inférieure des armoires de base peut également faciliter le stockage et la récupération des ustensiles, des aliments, des casseroles et des poêles, ou des produits de nettoyage conservés à l’intérieur. Installez ces lampes à une distance d’un à trois pouces de l’avant de l’armoire pour réduire l’éblouissement.

L’éclairage d’accentuation doit mettre en valeur les détails ou le décor que vous voulez mettre en valeur, alors positionnez-les comme suit :

Installez des lumières d’anse dans les rebords d’un plafond pour faire jouer les carreaux décoratifs du plafond.
Placez des lumières en forme de palet sur la face inférieure des armoires supérieures pour mettre en valeur les vases ou d’autres éléments de décor du comptoir, ou sur le toit d’une étagère d’armoire, à un ou deux pouces de l’arrière de l’étagère, pour éclairer élégamment les services à thé et autres objets d’exposition.

20 conseils pour améliorer la conception de l’éclairage de votre cuisine

Utilisez des caissons lumineux pour diffuser la lumière sur les surfaces brillantes de la cuisine.

Certains appareils d’éclairage à LED, tels que les bandes LED, projettent un faisceau de lumière sur une surface qui est la plus brillante et la plus concentrée au centre du faisceau et moins brillante sur les bords. Cela convient aux comptoirs en bloc de boucher, en pierre ou en un autre matériau au fini plat ou mat. Mais dans le cas du marbre, du granit ou d’autres matériaux brillants, le centre du faisceau peut produire un éblouissement gênant même s’il est placé à quelques mètres de celui-ci. Pour éviter cela, placez des bandes lumineuses LED à l’intérieur de boîtiers, qui sont des canaux en aluminium avec des couvercles givrés qui aident à diffuser une lumière vive et à minimiser l’éblouissement sur les surfaces brillantes de la cuisine.

Électricité Paris

Quelques sites de références :

https://www.pagesjaunes.fr, https://www.belmard-batiment.fr, https://www.starofservice.com