L’Afrique est le continent de l’avenir

 

« L’Afrique est le continent de l’avenir »

Le Togo, le Ghana et la Côte d’Ivoire ont été les étapes de la dernière visite africaine de Manuel Valls du 28 au 31 octobre 2016, avec pour objectif de montrer le soutien de la France aux processus démocratiques et aux développements économiques en cours dans ces trois pays. Le Premier ministre s’est également prononcé en faveur d’un programme d’échanges de type Erasmus entre les deux continents.

Après le Tchad et le Niger en 2014, le Mali et le Burkina Faso en 2015 et, plus récemment, le Sénégal en septembre dernier, M. Valls est retourné en Afrique pour visiter trois autres pays – le Togo, le Ghana et la Côte d’Ivoire – entre le 28 et le 31 octobre 2016. A l’issue de sa visite, le Premier ministre s’est dit convaincu que « l’Afrique [était] l’avenir de l’Europe ». Et ces trois jours n’ont fait que me convaincre davantage que l’Afrique est le continent de l’avenir ; c’est déjà le continent de l’ici et maintenant ».

Un programme Erasmus africain
Pour Manuel Valls, cette visite avait pour but de transmettre un message d’amitié et de confiance à l’Afrique, « qui cherche à se développer en termes économiques et démocratiques ». Il a souligné l’importance du rôle de la France et de l’Europe pour aider l’Afrique, « car c’est ici que nous relèverons les grands défis de demain » : les flux migratoires, la menace terroriste, la transition énergétique, la lutte contre le changement climatique, le développement et l’éducation par exemple.

Pour le Premier ministre, la clé d’une coopération réussie « pour la France et pour l’Afrique, c’est la mobilité, l’échange : mobilité des artistes, des étudiants, des entrepreneurs et des créateurs de start-up ».

Il s’agit de préconiser « un programme très ambitieux entre l’Europe et l’Afrique, sur le modèle d’Erasmus ». Ce programme, qui a permis tant d’échanges entre étudiants européens et pays européens et qui, aujourd’hui, doit être étendu aux apprentis […] Je veux un Erasmus euro-africain », a déclaré M. Valls, plein d’éloges pour « cette belle réussite qui a transformé la jeunesse européenne en donnant aux jeunes d’Europe la possibilité de se rencontrer, de connaître les cultures des uns et des autres et de voir le monde différemment ».
« La France et la Côte d’Ivoire ont tant de choses en commun »
La troisième et dernière étape de la tournée africaine du Premier ministre a été la Côte d’Ivoire, où il a effectué une visite de deux jours, les 30 et 31 octobre. Il a été officiellement accueilli par le président de la République Alassane Ouattara, et a tenu une séance de travail avec son homologue, Daniel Kablan Duncan, séance qui a vu la signature de l’accord de justice associé au contrat de réduction de la dette et de développement (C2D).

La première chose que le Premier ministre a faite en arrivant en début d’après-midi a été de rendre visite aux forces françaises du 43e bataillon d’infanterie de marine de Port-Bouët, avec lesquelles il a déjeuné. Les autorités militaires lui ont fait part des activités de la base d’opérations et lui ont fait un compte-rendu de la situation.

L’or brun de la Côte d’Ivoire
Le lendemain, le 31 octobre, Manuel Valls s’est rendu à la chocolaterie qui a ouvert ses portes en 2015, dans la zone industrielle de Yopougon. La chocolaterie fait partie du groupe français Cémoi, qui est présent en Côte d’Ivoire depuis 1996 avec son activité de transformation de fèves de cacao. La Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial de cacao, avec 35 % des récoltes mondiales et une production supérieure à 1,7 million de tonnes en 2014. Le cacao représente 22 % du PIB et plus de 50 % des recettes d’exportation de la Côte d’Ivoire.

M. Valls, avec son homologue ivoirien Daniel Kablan Duncan, a bénéficié d’une visite guidée de l’ensemble du complexe, depuis l’entrepôt où sont stockées les fèves jusqu’à la chocolaterie elle-même, en passant par l’usine de transformation.

Voici deux autres sites à consulter :

https://www.afrikmag.com/category/afrique/ https://passionparis.wordpress.com/2020/04/16/le-coronavirus-en-afrique/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *