Le concours de décoration de Manlé

By | 26 mai 2016
Le concours de décoration de Manlé
4.33 (86.67%) 3 votes

décoration , renovationC’était la 15è édition de la semaine d’or de la ville de Manlé. Cette semaine faste qui abritait un grand nombre de concours dont celui de la décoration et de la rénovation. Des professionnels de la déco et de l’architecture d’intérieur en provenance des quatre points de la ville pays participaient à ce prestigieux concours.
C’était l’un des évènements les plus importants de la ville qui à l’occasion de cette semaine attirait de nombreux touristes ainsi que des bons vivants amoureux de visuels de qualité et en quête de bonne ambiance.
A ce concours, Mathilde avait déjà participé à six reprises. Avec des fortunes diverses et jamais une place sur le podium. A chaque fois, beaucoup d’espoir et en fin de compte des déceptions. Cette année devait être la sienne à coups sûr. Voilà pourquoi elle s’était longuement préparée dans ce sens. Elle avait mis les petits plats dans les grands afin d’obvier à toute déception. Six mois de préparation, de réflexion et de planification.

 

Six mois de privations et de travail acharné. Elle avait même investis une bonne partie de ses économies dans cette préparation. Car il fallait à tout prix gagner cette année. Elle qui n’était point atteinte d’hypégiaphobie, savait très bien prendre à bras le corps les choses quand il le fallait.
Cependant, qu’allait-elle proposer comme travail au grand jury cette année ? Comment convaincre ces professionnels réputés pour leurs intransigeances ? Il fallait sans doute faire preuve de créativité et d’originalité pour impressionner le public et les professionnels du secteur. Elle qui s’était à maintes reprises cassée la figure ne comptait plus revivre de pareilles frustrations. Être à la traine, être dans le groupe des perdants, ce n’était pas ce dont elle avait toujours rêvé.

 

Voilà pourquoi elle se refusait à proposer quelque chose de simple, de superficiel. Elle avait longuement réfléchie, s’était documentée, avait laissé libre cours à son imagination tout en restant proche du thème du concours. Elle savait pertinemment que le linge de maison était l’élément le plus déterminant d’un projet de décoration réussis.
Elle s’était donc focalisé la dessus. Et avec beaucoup de finesse, elle avait réussis à décliner toutes les composantes du linge de maison dans son projet.

 

Le linge de lit (Couverture, dessus de lit, draps, drap-housse, housse de couette, plaid, taie d’oreiller, taie de traversin, couette, Oreiller et traversins…).
Le linge de toilette (serviettes et gant de toilette) ainsi que le linge de cuisine (chiffons de cuisine, serviettes, serpillère et autres torchons).Tous étaient pris en compte dans son projet soumis au jury. Un projet qui se résumait à la rénovation et la décoration d’un vieil édifice abandonné.

 

 

Pour l’aspect rénovation elle s’était en partie inspirée des réalisations de l’entreprise Batimmo SA qui avait la réputation d’être une très bonne entreprise de renovation Ne dit-on pas que pour devenir grand il fallait apprendre des plus grands? Surtout que cette entreprise avait à maintes reprises démontrées qu’elle disposait d’une panoplie de solutions afin de rénover efficacement un édifice et cela en un temps record.

 

Partant de cette base, elle avait de façon assidue revisitée les grandes règles d’or qui rentraient en ligne de compte dans tout processus de rénovation. Elle les avait tout naturellement inclus dans son projet à présenter au jury.
D’abord il fallait passer un coup de peinture avant de prendre d’avantage de décision, agir dans le sens de la réduction des factures d’énergie en installant un poêle ou une cheminée à insert. En outre, il fallait absolument conserver les implantations existantes telles que la cuisine, les salles de bains, les murs porteurs et bien d’autres. Sans oublier qu’il était nécessaire de calculer le coût global des travaux de rénovation avant de décider de mener une action d’envergure.

 

Enfin, elle s’alliait aux meilleurs professionnels du domaine afin que l’opération soit une réussite totale. Tout ce processus, Mathilde le connaissait comme les traits de sa paume. D’abord parce qu’elle avait appris à l’école les bases du métier d’architecte d’intérieur à Genève . Ensuite, parce qu’elle avait savamment réussie à décortiquer le processus de rénovation de certaines grandes entreprise du secteur.

Enfin, parce qu’en tant que responsable d’une entreprise spécialisée dans la décoration et la rénovation, elle avait supervisé un bon nombre d’activités de ce type. Pas mal d’activités d’ailleurs !
Surtout que son entreprise qui était en pleine « crise de croissance » faisait un très bon chiffre d’affaires. Elle était la fierté de ses parents et amis. Tous étaient heureux de voir Malthide épanouie dans son boulot .Sa petite entreprise comptait cinq employés tout aussi dévoués les uns que les autres.

Des travailleurs modèles, des passionnés de la décoration et de la rénovation. Il y avait Marcel, Franck, Geneviève, Astrid et Roland qui était le plus doué en matière de décoration d’intérieur. Il était capable de vous dénicher du linge de maison jamais vu jusque-là en un temps record. Il avait réussis avec Brio à conduire pas mal de projets dans ce secteur.

Tout naturellement, cette équipe de choc l’a énormément épaulé dans la conception et la réalisation du projet qu’elle a soumis au grand jury du concours. Au bureau, ils avaient énormément conférer afin d’obtenir un résultat viable.
Quoi de plus normal ! Il s’agissait avant tout d’un projet louable qui non seulement augmenterait la renommée de l’entreprise mais également ferait la fierté de ses employés. Sans oublier les retombées en termes d’opportunités d’affaires et autres partenariats.
Roland avait donc bossé sur l’aspect décoratif. Tandis que les autres avaient apporté leur aide à travers des conseils et des esquisses de plan.
Au finish, tous étaient fiers et enthousiasmés par le projet proposé au Jury même si Mathilde par expérience demeurait quelque peu modérée. Car l’année dernière par exemple elle s’était, plus que d’habitude enthousiasmée pour un projet qui à la fin avait été rejeté par le Jury. Alors elle préférait rester confiante mais pas à l’excès.
La ville avait comme chaque année revêtue ses plus beaux costumes. Ces principales artères avaient été maquillées aux couleurs de l’évènement. Les restaurants et autres commerces avaient fait peau neuve dans la perspective d’accueillir efficacement le flot interminable de visiteurs, touristes et passionnés qui devaient assister à l’évènement.
C’était pareil chaque année. Cet évènement était un véritable facteur de développement de la région. Des bâtiments avaient été rénovés, des artères de la ville également. Voilà pourquoi tout le monde était impatient de voir cette semaine tant attendue arriver….Et elle arriva !
Avec son ambiance si particulière. Ses animations nocturnes et tout le folklore qui allait avec. La ville était pleine à craquer tel un œuf. Les terrasses de café et autres buvettes refusaient du monde. Les rues étaient bondées jusqu’à des heures très tardives. Les embouteillages se multipliaient et les nuisances sonores étaient devenues le lot quotidien de bien de résidents.
Les forces de l’ordre avaient énormément de pain sur la planche car il fallait veiller sur la sécurité de tout ce monde. Le corps médical et les bénévoles qui l’aidaient dans sa tâche était énormément sollicité.
Les vendeurs ambulants et autres tenanciers de petites échoppes voyaient leur chiffre d’affaires exploser. Car les visiteurs appréciaient énormément les œuvres des artisans locaux dont la renommée avait largement dépassée les frontières de cette ville. Personne parmi les touristes ne souhaitait quitter la ville sans le moindre souvenir. Bien au contraire, ils rivalisaient d’ardeur pour s’offrir les plus belles statuettes, tableaux et autres œuvres d’arts.
Les choses se déroulaient toujours ainsi jusqu’au dernier soir. Le soir du grand bal. Le soir de la fête foraine. C’était également le soir de la remise des prix pour les différents concours dont le plus célèbre était celui de la décoration. C’était le clou de la semaine. Un moment très attendu qui à lui seul résumait tout le spectacle des derniers jours.

 

La fête foraine du dernier soir était un moment absolument magnifique. C’était un énorme plaisir pour les yeux, les oreilles et de la bouche.
De nombreuses attractions étaient perceptibles : des ballons, des stands de jeux mais aussi de la nourriture en abondance. Les chefs locaux mettaient à la disposition du public les plus beaux mets de la région. Un véritable plaisir pour les amoureux de la bouffe.
Tout était donc réuni pour que les visiteurs passent un agréable moment en compagnie de leurs proches .Toutes les couleurs et les saveurs inimaginables se mêlaient avec beaucoup d’originalité. Le fêtard pouvait très bien profiter d’une bonne glace en jouant à des jeux tels que « le petit canard » ou encore monter dans des manèges de grands frissons et vivre de folles aventures. Et le fait que tout ceci se déroulait dans une atmosphère vespérale donnait plus de piquant à la fête
Bref, toutes les conditions étaient réunies pour que cette soirée soit inoubliable. La fête foraine durait toute la nuit. Une fanfare amusait efficacement la foule qui dansait au rythme des notes de musique. C’était très beau à voir. Les hommes et les femmes étaient tous élégamment habillés, endimanchés dans leurs plus beaux accoutrements.
La fête foraine durait toute la nuit, bien au-delà de la proclamation des résultats des différents concours. Chacun avait le droit d’y participer et d’y demeurer autant de temps qu’il le souhaitait. C’était une soirée porte ouverte, un moment de partage et de communion intense.
Un tel évènement avait toujours été dispendieux et les recettes municipales en souffraient énormément. Mais c’était également ce qui faisait le charme de ce bled. Au milieu de cette foule de fêtards, Malthide avait pris place au côté des membres de sa famille et de ses collègues. C’était son quarteron.
Et Il est certain qu’à l’instar de bon nombre de participants aux différents concours, elle n’avait pas vraiment la tête à la fête. Elle aurait voulu se lever pour esquisser quelques pas de danse ou encore déguster un succulent repas mais elle n’en avait ni le courage, ni la motivation.Son cœur battait la chamade, sa gorge se nouait, ses mains tremblaient au fur et à mesure que les minutes passaient et que l’instant fatidique approchait. Elle était quasi percluse.

Vêtue de bleu turquin elle était tout simplement magnifique. Au passage, certains hommes ne se dérangeaient pas pour la couvrir de compliments auxquels elle répondait par un léger sourire. Non seulement elle était loin d’être une péronnelle mais en plus, tout son être ce soir-là se refusait à la discussion. D’ailleurs, depuis le début de la soirée elle n’avait presque pas dis de mot. Etait restée silencieuse telle une carpe au milieu de tout ce tintamarre…
Mathilde voulait la victoire à ce concours pour faire honneur à sa famille, les siens qui étaient des gagneurs. Perdre comme elle l’avait fait les années précédentes, ce n’était pas ce qu’ils lui avaient appris. S’incliner à chaque fois, c’était pour elle forligner en quelque sorte. Mais bon, cette année devait être la bonne, elle en était certaine.
De nombreuses minutes s’étaient écoulées et les différents jurys avaient, les uns après les autres, commencé à communiquer la liste des vainqueurs pour chaque concours. Les lauréats pour le concours du meilleur laitier, du meilleur agriculteur et du meilleur artisan étaient à présent connus de tous.
Le meilleur couturier de la ville, le meilleur cordonnier et le meilleur entrepreneur avaient eux aussi reçus leurs prix. Ne restait plus que le grand prix .Celui qui depuis dix ans clôturait la cérémonie de remise des prix : c’était le prix de la meilleur entreprise de rénovation et de décoration d’intérieur.
Un secteur d’activité très important dans cette région où presque tout devait être rénové. Un secteur cher aux autorités locales qui voyaient ce secteur comme le fer de lance de la relance du tourisme dans la ville.

 

Voilà pourquoi le concours de déco était depuis toujours le plus prestigieux. Et cette année, le principe était simple : chaque entreprise devait identifier une maison abandonnée et la rénover entièrement.
Les photos du lieu avant et après les rénovations ainsi que les clés permettant d’accéder à ce lieu devaient servir pour le dossier à déposer auprès du jury.
Ceci étant fait, chaque candidat devait laisser le jury faire ses inspections et attendre le jour des résultats…
L’année dernière l’agence Enderoll avait remporté ce grand prix à la stupéfaction générale. L’année d’avant, c’était l’agence SIX et Pascal qui pour la seconde fois inscrivait son nom au palmarès du concours.
Cette année devait être la sienne. Elle avait longtemps travaillé dans ce sens et une victoire aujourd’hui ne serait que justice pour elle.
Le vieil Arnold Sami, président du jury pris le micro. Et avec le détachement qui était le sien, cita le nom du troisième, puis du second prix et enfin du premier.
Mathilde s’effondra , évanouie ! Elle avait remporté la compétition. Son rêve venait enfin de se réaliser.Sa famille et ses amis étaient encore plus fiers d’elle. La joie qui s’était emparée d’elle à cet instant était tellement importante qu’elle ne put supporter le choc.. Heureusement que c’était rien de grave.

Ne dit-on pas que :

“La joie rend impuissant” Jules Renard

Manzini, le  26 Mai 2016

 

Mise à jour :  Cette nouvelle à été nominée au concours de littérature de la ville de Manzini au Swaziland. Très bientôt je vous communiquerai les résultats sur cette page. Restez à l’ écoute !

Ps : Cette Nouvelle  est le fruit de mon imagination. Toute ressemblance avec des faits ou des personnes existantes ou ayant existé n’est que pure coïncidence . J’avais vraiment besoin de mettre cela au clair vu les nombreux messages qu j’ai reçu en inbox me taxant parfois de tous les noms d’oiseaux . Je suis déçu du fait que certaines personnes soient susceptibles au point de denier aux autres leur droit à l’expression. C’est vraiment n’importe quoi tout cela !

Je me réserve donc le droit  de porter plainte devant les juridictions nationales . Si les choses continuent ainsi je pense que je finirai par passer à l’acte.Merci

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *