Archives par mot-clé : bonnette micro

Comment produire de belles vidéos avec de bon appareils ?

bonnette micro personnalisée

Ces dernières années, les appareils photo sont passés d’appareils capables de capturer des photos de qualité à des studios de cinéma potables, capables d’offrir des vidéos de qualité professionnelle. Ajoutez à cela la possibilité de changer d’objectif avec un reflex numérique et vous obtenez un matériel comparable à celui utilisé par les réalisateurs de cinéma à Hollywood.

Et bien sûr, votre reflex numérique dispose d’un microphone intégré. Mais le micro intégré est plus destiné au spectacle qu’à toute autre chose. C’est un petit appareil sur un pied d’égalité avec le microphone intégré dans votre téléphone.

Donc oui, il est là, mais la qualité n’est pas au rendez-vous.

Si vous voulez produire des productions de haute qualité, vous devez avoir une bonnette micro personnalisée pour une vidéo de haute qualité. Aujourd’hui c’est plus qu’un important pour votre image appelé aussi le branding. Je vous assure que vous ne serez pas déçu si vous essayé cette démarche. Après ce n’est pas obligatoire mais je vous recommande fortement de le faire.

Aujourd’hui, dans la plupart des productions cinématographiques, l’audio est enregistré par un appareil séparé et la piste audio est ensuite couplée à la piste vidéo lors du montage. Vous n’avez pas besoin d’effectuer cette étape avec un microphone vidéo. Grâce à cet équipement, vous aurez un son prêt à être diffusé, offrant une qualité nettement supérieure.

Il vous suffit de savoir quels types de microphones vidéo sont disponibles et ce qu’il faut rechercher lorsque vous choisissez un tel appareil.

Éléments à prendre en compte
Le monde de l’audio peut devenir carrément déroutant.

À moins que vous n’ayez une connaissance approfondie des fréquences audio, si un professionnel commençait à vous parler des hauts et des bas des ondes audio, sans parler des fréquences d’enregistrement et des méthodes de sortie, tout cela sonnerait comme du grec.

Heureusement, il n’est pas nécessaire d’avoir ce genre de connaissances approfondies sur les microphones vidéo.

Il vous suffit de comprendre quelques notions de base sur l’identification d’un microphone de qualité et sur la manière de choisir un tel microphone pour votre installation vidéo.

1. Montage

C’est ainsi que le microphone se connecte à votre caméra.

Se connecte-t-il à la fente d’extension sur le dessus de votre reflex numérique ou se fixe-t-il à un trépied ? Se visse-t-il directement ou utilise-t-il un support antichoc pour réduire la quantité de sons enregistrés par l’appareil ?

Il s’agit d’une caractéristique de base mais importante. Avant de commencer à investir dans un microphone, vous devez savoir s’il se connecte même à votre appareil photo au départ.

2. De quel type de microphone s’agit-il ?

Avec un microphone vidéo, il y a généralement deux types de microphones standard :

Le microphone directionnel.

Le direct.

Un microphone directionnel enregistre ce qu’il est pointé. C’est similaire à ce qu’un musicien pourrait chanter. Ils frappent directement dans le microphone et non sur le côté car cela réduit la qualité du son.

Un micro canon enregistre le son de toutes les directions. Bien qu’il soit encore quelque peu directionnel en ce sens qu’il capte principalement le son de l’endroit où il est pointé, il capte également le son d’un angle d’enregistrement plus large.

Il n’y a pas de bonne réponse quant au type de microphone que vous devez capter. Il s’agit d’une décision situationnelle. Vous pouvez vouloir un microphone qui capte toute la nature autour de vous, ou vous pouvez vouloir qu’il enregistre à partir d’une direction spécifique tout en réduisant le bruit de fond.

3. Qualité audio

Quelle est sa fréquence ?

Certains microphones sont parfaits pour enregistrer les hautes ou les basses fréquences. Les microphones ayant une gamme de fréquences plus large ont tendance à avoir un profil sonore plus complet.

Consulter aussi ces sites web pour plus d’informations : https://www.savediffusion.fr/ , http://www.eurocom.fr/  , https://sltechnologie.fr/  , http://radionomy.blog/ , https://soundan.com/ et https://www.broadcast-eletec.com/ .

Vous pouvez vraiment vous embourber dans les numéros audio. Tenter de lire les spécifications d’enregistrement d’un microphone est encore une fois délicat lorsque vous ne savez pas ce que tout cela signifie. C’est là que vous devez à la fois considérer le profil d’enregistrement des fréquences audio.

Il est possible de faire un cours complet uniquement sur les fréquences d’enregistrement d’un microphone, mais plongeons dans quelques bases.

Lorsque vous lisez un tableau de microphone, il va inclure deux nombres (comme 100Hz – 20kHz). Le premier est le plus petit chiffre, le second est le plus grand. Cela peut paraître déroutant au premier abord, mais reconnaissez le « k » dans le deuxième chiffre. Il s’agit de 1 000. Ce nombre se lirait donc aussi comme 100Hz – 20 000Hz. Il est juste plus facile de l’abréger avec un K.

Une voix de chanteur se situe généralement entre 130 Hz et 12 000 Hz environ. Donc, pour enregistrer une gamme audio complète de l’interprète, vous voulez un microphone qui capte quelque chose de moins de 130 Hz et quelque chose de plus de 12 000 Hz (12 kHz).

Naturellement, la gamme d’enregistrement audio variera en fonction de ce que vous souhaitez enregistrer, mais cela devrait vous donner une idée de base.

Vous devriez également tenir compte des critiques de produits. Les professionnels vous diront si le produit est bon pour l’enregistrement de certains niveaux ou s’il a des difficultés dans certains domaines.

4. Sortie

Vous devez faire parvenir le son du microphone à votre caméra d’une manière ou d’une autre.

En général, si vous le branchez directement sur votre reflex numérique, vous aurez besoin d’une prise de sortie de 3,5 mm (de la même taille que la prise casque).

Maintenant, si vous envisagez d’envoyer l’audio à un enregistreur audio externe, comme un appareil Tascam, vous pouvez vouloir quelque chose qui offre d’autres formats de sortie, comme une prise jack de 1/4 de pouce d’une connexion par câble XLR.

Le XLR vous fournira le signal audio le plus pur, mais on ne le trouve sur pratiquement aucune caméra grand public (à moins que vous ne souhaitiez laisser tomber des dizaines de milliers de dollars sur une caméra vidéo semi-professionnelle).

Trouvez la bonne position pour votre micro

Les casques d’écoute peuvent parfois éliminer les devinettes dans le placement des micros, mais le fait de prendre le temps de trouver la bonne position est payant.

La première étape, et sans doute la plus importante, pour améliorer le son du micro de votre casque de jeu est d’ajuster sa position. La meilleure façon de le déterminer est d’écouter la façon dont votre micro vous fait sonner. Si vous avez accès à une fonction de surveillance quelconque sur votre ordinateur, c’est le moment idéal pour l’utiliser. Vous pouvez également télécharger Audacity et vous enregistrer en train de parler un peu.

Une fois que vous avez un moyen d’écouter le son de votre micro, faites attention à la façon dont vous sonnez – cela déterminera les mesures que vous devrez prendre. Vous êtes trop silencieux ? Essayez de rapprocher le micro de votre bouche. Pratiquez vos plosives – les sons P et B, qui vous font expirer. Si le son ressemble à celui d’un appel téléphonique par une journée venteuse, essayez de déplacer votre micro sur le côté de votre bouche, pour que l’air ne le frappe pas à chaque fois que vous expirez.

Vous pourrez aimer aussi cet article qui en parle : https://icilafranceblog.wordpress.com/2020/09/16/faire-entretien-video/

Ces réglages peuvent sembler minimes, mais ils peuvent vraiment faire la différence en termes de qualité audio. C’est particulièrement vrai si vous faites un enregistrement ou si vous prévoyez de le diffuser en continu.

Comment positionner un microphone

 

bonnette micro personnalisée

Distance

La règle d’or du placement des microphones est d’obtenir la bonne distance. En général, placez le microphone aussi près que possible de la source sonore sans vous approcher au point d’introduire des effets indésirables.

L’objectif est d’obtenir un bon équilibre entre le son du sujet et le bruit ambiant. Dans la plupart des cas, vous souhaitez que le son du sujet soit le point central, complété par un niveau de bruit ambiant modéré ou faible. L’équilibre souhaité varie en fonction de la situation et de l’effet recherché. Par exemple, les entretiens fonctionnent généralement mieux avec un bruit ambiant très faible. Cependant, si vous souhaitez faire remarquer à votre public que l’environnement est très bruyant, vous pouvez tenir le micro un peu plus loin du sujet.

Il est possible de s’approcher trop près du sujet. Quelques exemples :

Si un micro vocal est placé trop près de la bouche de l’orateur, le son peut être anormalement bas (bourdonnement, basses fréquences excessives). Vous risquez également d’entendre des claquements et d’autres bruits désagréables.
Un micro trop proche d’une source sonore très forte risque de provoquer une distorsion.
Placer un micro trop près de pièces mobiles ou d’autres obstacles peut être dangereux. Par exemple, faites attention, lorsque vous coupez le son d’une batterie, à ce que le batteur ne touche pas le micro.

Si vous voulez produire des productions de haute qualité, vous devez avoir une bonnette micro personnalisée pour une vidéo de haute qualité.

Problèmes de phase

Lorsque vous utilisez plus d’un microphone, vous devez vous méfier de la mise en phase ou de l’annulation. En raison de la façon dont les ondes sonores interfèrent entre elles, des problèmes peuvent survenir lorsque la même source sonore est captée par différents micros placés à des distances légèrement différentes. Un exemple courant est une situation d’interview dans laquelle deux personnes ont chacune un micro à main – lorsqu’une personne parle, elle est captée par les deux micros et l’interférence qui en résulte crée un effet de phasing.

Penser latéralement

Il n’est pas toujours nécessaire de se conformer à des façons de faire standard. Tant que vous ne mettez pas un microphone en danger, il n’y a aucune raison de ne pas l’utiliser dans des positions inhabituelles. Par exemple, les micros lavalier peuvent être très polyvalents en raison de leur petite taille – ils peuvent être placés dans des positions qui seraient irréalistes pour des micros plus grands.

Le microphone est-il complémentaire de l’instrument que vous enregistrez ?

Par exemple, si vous avez un instrument dont le haut de gamme est très pointu, le fait de choisir un micro qui a également cette qualité peut accentuer encore plus ces fréquences lors de l’enregistrement. Vous pouvez aussi choisir un micro un peu plus doux, comme un ruban. C’est l’une des raisons pour lesquelles un micro à ruban fonctionne si bien sur les cuivres, par exemple.

Le micro sera-t-il surchargé par la source ?

Certains micros ne peuvent tout simplement pas supporter un niveau de pression sonore prolongé sans générer une sorte de distorsion. Un micro à ruban ou de nombreux micros à condensateur ne fonctionneront pas sur une caisse claire avec un batteur qui frappe fort pour cette raison. C’est pourquoi le niveau de la source doit toujours être pris en considération lors du choix d’un micro.

Le micro a-t-il la bonne directivité pour le travail à faire ?

La directivité du micro doit être prise en compte avant de faire un choix de micro. Par exemple, si les fuites sont un facteur à prendre en compte, vous pouvez essayer un micro avec une directivité plus étroite, comme un hypercardioïde. Si l’instrument que vous prenez en charge rayonne dans plusieurs directions (comme un accordéon, un dulcimer ou un basson), une directivité omni fait parfois des merveilles. Quoi qu’il en soit, ne négligez pas la directivité lorsque vous choisissez un micro.

Consulter aussi ces sites web pour plus d’informations : https://www.savediffusion.fr/  et  http://www.eurocom.fr/  .

Les secrets du placement d’un micro

Trouver rapidement la position optimale pour un micro est peut-être le talent le plus utile qu’un ingénieur puisse avoir. Vous devez toujours faire confiance à vos oreilles et commencer par écouter le son de l’instrument, trouver le point idéal et commencer à y placer votre micro. Si vous n’aimez pas le son qui en résulte, déplacez le micro ou remplacez-le par un autre. L’égalisation doit être la dernière chose que vous touchez.

Les microphones ne peuvent pas être placés efficacement par la seule vue, ce qui est une erreur trop facile à commettre. C’est pourquoi il est important d’écouter l’instrument avant de placer le micro et de trouver l’endroit où le son a la représentation la plus équilibrée de l’instrument, ou le « sweet spot ».